Home » Action comme Ministre » Actualité parlementaire » Séance de questions d’actualité du 14 janvier 2014

Séance de questions d’actualité du 14 janvier 2014

Arnaud Montebourg répond à la question du député François-Michel Lambert sur la filière micro-électronique

Arnaud Montebourg répond à la question du député Gérald Darmanin sur la suppression de postes à La Redoute 

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

6 Réactions

  1. Merci pour cette invitation.
    Je vis à Lyon, alors je n’ai pu y répondre favorablement.
    Je vais essayer d’apporter indirectement, ma contribution par ce mail. :)

    Hollande est, je crois, l’anti-économique.
    Ce n’est pas l’offre qui crée la demande, mais la demande qui crée l’offre.C’est une évidence économique qui se justifie ainsi: Une offre répond toujours à une demande, par appât du gain. Une demande inexistante, faute de revenu suffisant, en revanche, ne peut répondre à une offre nouvelle).

    M.Leclerc aura beau vendre deux télés supplémentaires dans son magasin, si mon salaire (complété par le correctif des prestations sociales) est trop faible, je ne pourrais, malgré mon envie, me la payer…
    Abaissez mon salaire ou et/mes prestations sociales, et je réduirai, mécaniquement, d’autant ma consommation, ce qui engendrera moins de production (c’est à dire d’offre anticipé), d’ou s’en suivra licenciement pour chômage technique, perte de revenu, dont découlera une baisse de la demande,qui produira, à son tour, les mêmes conséquences qui viennent d’etre décrite précedemment. Et cela, dans une spirale récessioniste, sans fin.

    De surcroit alors qu’un faible revenu dépense l’intégralité de son revenu perçu, chaque mois, ce n’est pas le cas des plus aisés qui en épargne une partie.
    Dès lors, prendre aux uns(en réduisant les dépenses sociales) pour le redonner aux autres(en abaissant les charges sociales) a pour conséquence, en surplus d’une injustice manifeste, de réduire la demande globale et donc d’accentuer l’effet récessif.

    « Dieu se rit des gens qui chérissent les causes dont ils déplorent les effets »

    Cordialement.

    Un citoyen.

  2. J’ai quelle proposition pour créer de l’emploie en France, et redonner du pouvoir d’achat au français
    1. Une TVA unique de 10 % pour tous les produits fabriqués en France
    2. Une TVA à 20 % pour les produits importés
    3. Une TVA à 30 % pour les produits fabriqués à l’étranger d’une société française
    Exemple : Citroën qui ferme une usine en France pour fabriquer les voitures à l’étranger et les revendre e n France TVA 30 %
    Citroën n’est pas le seul !
    Cela redonnera je pense envie aux sociétés française de revenir fabriquer en France
    L’écotaxe une très belle chose mais pour les étranger s qui circulent sur nos routes,
    Les français participent déjà énormément aux financements des routes
    Recevez M. le ministre mes sincères salutations

  3. Ca serait bien de pouvoir sauver LFoundry car l’avenir sera porteur de projet dans ce secteur.
    Il faut essayer de comprendre ou ca coince par rapport à ses concurrents. Si besoin faire de la sous traitence ailleur mais il est necessaire de garder l’ingenerie et le commercial en France.
    Parfois ,il faut savoir être patient plutôt que de tous casser comme le font si bien vos ennemies.
    Encouragement à vous et votre équipe.

  4. bonjour,
    Ou il y a un probleme c’est qu’on a habitué à vendre un beau boitier pas cher aux consommateurs sans savoir ce qu’il y a dedans. Ceci est vraie pour tout produit electronique. Nous devont reformater les gens en apportant aussi leur attention sur ce qui se trouve dedans ,c’est à dire la qualité.
    Heureusement que Mr Montebourg en parles dans les mediats parceque sinon wallou, plus personne.
    Alors je me pose la question : Quels est le plan marketing des grosses boites electronique ?

    Amicalement,

  5. Une autre solution est, certes un brin protectionniste, mais elle serait efficace à l’échelle mondiale

    Ainsi, il faudrait imposer, soit dans chaque pays individuellement, au volontariat, soit par l’adoption de conventions commerciales internationales, la règle élémentaire suivante:

    « Si une entreprise veut vendre un produit dans un pays X, elle ne peut le faire qu’à la condition qu’une partie significative( par exemple 50%) de ce produit ait été fabriqué dans le pays où elle le vend ».

    Dit autrement, si Apple veut vendre son Iphone en France, elle ne le pourrait qu’à la condition qu’un pourcentage significatif de ses produits vendus en France, ait été fabriqué en France.
    En cas contraire, l’accès au pays serait fermé à ses produits.

    Appliqué et généralisé à l’ensemble du globe, cette méthode conduirait à une répartition plus équitable de la production et de l’emploi, sur l’ensemble du globe.

    Les entreprises cherchant toujours à maximiser leur profit ne refuseraient jamais de produire à ces conditions,dans un pays donné édictant ses règles, afin de ne pas se voir fermer la possibilité d’écouler ses marchandises dans le dit pays.

    Bien entendu, rappelons que ce raisonnement s’inscrit dans un paradigme au sein duquel la croissance est salutaire, ce qui, comme le rappelle la vidéo ci-dessous, n’est pas le cas.
    La croissance est, malheureusement, au vu de nos niveaux de prélèvements de matières premières, dans un monde où les ressources sont limites, destructrice du vivant.

    http://www.youtube.com/watch?v=Mu2vOeCGqqE

  6. @Pajarito.

    Le problème est que les pouvoirs publics ont transféré à l’Union Européenne, la fixation des taux de TVA.
    Je crois que les taux ne peuvent etre qu’au nombre de 3, et chacun compris dans une fourchette précise.
    En outre, discriminer les produits en fonction de leurs origines seraient un crime de lèse-majesté, dans notre monde libre-échangiste.
    Probablement que la France, ne pourrait le faire sans violer ses engagement internationaux.
    A titre personnel, je suis pour que la France s’émancipe de ces traités, signés par une aristocratie de l’argent, qui n’a rien d’une démocratie, à savoir la République.
    Rappelons que la République, a dès sa naissance connu un suffrage censitaire, dans lequel seul les plus riches pouvaient voter et se faire élire.Ce qui démontre bien le caractère non-démocratique du régime, qui dans les faits, est à peu près resté le même.
    Ajoutez à cet était de fait, des médias détenus par les puissances de l’argent et vous obtenez un régime  » de l’aristocratie, par l’aristocratie, pour l’aristocratie »

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading