Home » Ma revue de presse » Que cherche Arnaud Montebourg ?

Que cherche Arnaud Montebourg ?

Une équipe de Fr2 accompagne Arnaud MONTEBOURG dans son quotidien d’entrepreneur. 

A. Montebourg se dit favorable à une primaire à gauche, qu’il qualifie d’« airbag anti-21 avril », en référence au 21 avril 2002, quand la gauche fut éliminée au premier tour de l’élection présidentielle au profit de l’extrême droite. 

« S’il y a des responsabilités à prendre, dans une période où le pays s’interroge (…), je les prendrai, déclare M. Montebourg. Mais c’est une décision difficile à prendre, elle ne se prend pas un an avant une telle échéance. Elle demande réflexion et travail, je n’en suis pas là. » Interrogé sur une possible candidature de sa part, l’ancien ministre, qui travaille désormais dans le secteur privé, a répondu : « Nous n’en sommes pas là, le moment n’est pas venu. » 

« Si on veut faire changer les choses, il faut s’attaquer au système » 

Ce reportage est suivi d’une interview de Laurent DELAHOUSSE.


Que cherche Arnaud Montebourg ? par idees_reves

 

 

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

10 Réactions

  1. Vendredi 13, c’est sous des auspices favorables et de bonne augure que vous choisissez de réapparaître dans cette sphère politique si tourmentée. Mes meilleures pensées vous accompagneront au mont Beuvray, je vous souhaite la réussite que vous méritez.
    Soyez assuré de mon humble soutien,
    Une socialiste bourguignone de naissance et de coeur, résidant en provence.

  2. J’ai vu ce reportage, et je constate avec plaisir que vous n’avez pas dit définitivement non à la politique

    Pour ma part, hors de question que je vote en 2017 pour qui que ce soit de ce parti socialiste qui nous trahit tous les jours et nous roule dans la farine… Depuis 1988, je ne cesse de voter par défaut, et j’en ai plus qu’assez de ces jeux de rôles stériles . J’ai 70 ans, et encore foi dans l’avenir, mais il faut  » casser la baraque « et tout reconstruire .
    Je ne crois pas que les Français soient murs pour des coalitions( les politiques encore moins, tant ils sont sectaires, que c’en est confondant ). Et j’exclu totalement la moindre entente avec le FN, qui n’a aucune vision économique, et dont le  » culte du chef » est dangereux, archaïque, et les idées nauséabondes. Ce parti ne fera pas non plus ce qu’il promet, et traîne des casseroles .

    La situation est telle, que je ne comprends pas nos politiques: Hollande dit  » ça va mieux », mais pour qui ?
    La majorité des gens se fiche des critères des économistes et pour nous, la croissance est  » virtuelle ». Ce qui fait notre quotidien, c’est le loyer, le caddie à remplir, et les charges incompressibles à payer chaque mois, le reste c’est du bla-bla.
    L’avenir de la France ne peut passer que par de vraies réformes de fond, et non par des lois brouillonnes, faites en vitesse pour sacrifier à la  » macronite » qui a saisi le pays:

    –pour commencer, on revient au septénat et UN SEUL, avec un vrai projet , et non des réformettes au gré des circonstances, et des stratégies politicardes en vue d’une réélection.
    –on se repositionne avec la plus grande vigueur dans l’Europe, et on cesse de marcher  » au pas de l’oie » derrière Angela ; Mutti ne gouverne pas l’Europe ,et elle n’a pas à signer seule des accords avec la Turquie, dont le quasi sultan, a une politique plus que louche( aide financière à l’EI via les achats de pétrole, frontières poreuses pour les passeurs et les candidats au djihad, bombardement des kurdes…) . Il faut rediscuter des traités, et en finir avec la politique économique absurde actuelle.
    –pour faire accepter les réformes, il faut être crédible, équitable . on ne peut pas sans cesse gouverner par petites touches, dans l’urgence ou l’émotion , mais surtout, il faut respecter les citoyens: quand un référendum dit « non, » on ne vote pas » oui » . Et surtout, on vote des lois qui s’appliquent à tous, à commencer par soi-même. En clair, on abolit tous les privilèges, si on veut redonner confiance aux citoyens .
    – on en finit une bonne fois pour toute avec ce régime monarchique : on met en place un parlement réduit( 300 députés; 150 sénateurs), avec beaucoup plus de pouvoir, mais où aucune loi ne se vote sans débat sérieux, avec un quorum des 2/3, et non hémicycle vide, comme ces derniers temps .
    –les dépenses publiques plombent les comptes, alors on réfléchit à ce qui relève du  » service public » indispensable: éducation, justice, santé, sécurité, diplomatie, armée. On resserre les boulons, et surtout on paye mieux ces fonctionnaires et on est intransigeant avec la qualité des prestations, et les résultats .
    – on propose un nouveau Code du travail, mais pas cogité entre politiques et grands patrons, vite fait entre deux portes. 85% des entreprises ont moins de 20 salariés, et ces dernières ne sont pas partie prenante des négociations; le MEDEF, la CGPME ne représentent pas –et de loin– le patronat français .
    – on favorise le Fabriqué français, et les entreprises de proximité dans les marchés publics, quitte à s’opposer à l’Europe ( c’est aussi écologique)
    –on taxe, ce qui est importé et n’a pas les mêmes normes sociales , qualitatives et environnementales
    –on réforme la fiscalité des entreprises: plus elles sont grosses moins elles payent d’impôts
    –on conditionne les aides publiques ( investissements, emplois)
    –on n’accepte plus qu’une entreprise qui licencie paye des dividendes pharaoniques aux actionnaires: les salariés ne doivent pas être la variable d’ajustement

    La gauche est moribonde, mais persiste et signe , et cède depuis Mitterrand aux sirènes du libéralisme débridé.
    L’écologie politique court après les porte feuilles, et peu lui importe que des aéroports non rentables ou des centres commerciaux pour bobos envahissent nos campagnes.
    La gauche mélenchonienne est humaniste, utopique, mais irréaliste .
    La droite nous propose du recuit, ou la politique à la dure…genre Thatcher
    L’avenir n’est pas rose, et pourtant il y a surement une voie de sortie

  3. Rest chez toi. Tu as fais assez de mal comme ça au pays.
    Si hollande ne t’avait pas viré, tu serais encore dans ce gouvernement.
    A l’image des frondeurs, tu es un mou de la gauche molle.
    Le monde et la France sont à un tournant de l’histoire du capitalisme.
    La guerre des riches pilleurs exilés fiscaux contre les peuples.
    Seule une radicale pourra les mettre au pas.
    La social démocratie les flatte. Toi le premier.
    Avec toi ce sera le desespoir et la misère pour la grande majorité et finalement le FN comme avec le fou trump.

  4. J’avais l’intention de me présenter avec pour slogan: « Une autre Méthode, une méthode efficace. »
    Ne pas arriver avec son bulletin de vote, un grand sourire plein d’amertume, fier de contribuer à la démocratie.
    Se dire que demain, avec un peu de chance, cela changera et se rendre compte que ce n’était encore qu’une arnaque de plus.

    Moi, je ne vote pas. Je ne suis pas de cela. Je ne suis pas le mouton qui croit que la démocratie se partage en bancs de Gauche et de Droite. Qu’il faut se choisir un camp, une famille.
    Je pense que chacun a son mot à dire et que la liberté n’a de valeur qu’avec de la connaissance et du rationalisme.
    Les lois doivent être changées, la constitution aussi. L’Europe et le modèle économique ont besoin de réforme draconienne (d’une « destruction »). D’arrêter de faire miroiter le rêve du plein-emploi ou d’un déficit publique nul, en pensant que sacrifier toujours un peu plus le peuple pourrait être une solution. Non et ça ne le sera jamais.
    Certes, à tout problème existe sa solution. Encore faut il choisir correctement.

    Monsieur Montebourg. Nous avons besoin d’un président, pas d’un chef d’entreprise. Quelqu’un qui a le devoir de démontrer les faits avec force et conviction.
    Je veux croire Monsieur Montebourg, je veux croire que vous en êtes capable.

  5. Bonjour,

    En 2002 j’y étais et absolument dépité par la manière dont cela s’est passé. Il me semble que le choix de Lionel Jospin était une erreur du parti socialiste. Là encore Lionel Jospin ne s’est pas présenté avec un programme mais avec des locutions du genre  » il faut que « . Il s’est présenté pour lui même et non pour la gauche. Le parti socialiste crée des stars comme dans  » the voice » et élimine des idées intéressantes comme celles de Monsieur Chevènement, en 2002, qui avait une vision de la France et de l’Europe moderne, raisonnable, et novatrice. Seulement ce qu’attendent les français c’est de l’argent dans leur porte-monnaie sans rien faire. Ils pensent que celui qui dit, qu’il va le remplir est celui à qui il faut donner son vote. Si Lionel Jospin n’est pas passé c’est effectivement parce qu’il y avait trop de candidats socialistes d’une part, mais aussi parce que Lionel Jospin n’incarnait pas celui qui allait mettre du beurre dans les épinards mais donner des épinards aux mendiants d’autres part. Les têtes de file du parti socialiste sont très fiers et égocentriques comme l’était François Mittérrand. Monsieur Giscard d’Estaing à l’époque lui avait dit : « vous n’avez pas le monopole du coeur  » . Ce sont des politiciens pas des gestionnaires ni des hommes à tout faire ni des prophètes qui se présentent aux élections. Leur discours sont démagogues et vides de solutions pour la majorité. Il se font élire sans convictions en se disant une fois élu on verra bien ! Mais 5 ans c’est court et long à la fois. Nous ne pouvons plus attendre ans rien faire pour changer de mentalité. En 2012 Monsieur Hollande disait qu’il allait s’attaquer à la finance seulement il ne l’a pas fait. Savez-vous pourquoi ? C’est uniquement lié au chantage des grands capitalistes qui menacent de faire fructifier leur argent ailleurs qu’en France pays de l’impôt et des fraudeurs. Il a fait une tentative au début de son quinquennat dans l’UE dans ce sens, mais l’UE n’est toujours pas prête à faire des concessions c’était très courageux mais il n’a obtenu que la séparation des activités de la banque centrale vis à vis de la spéculation, ce qui est déjà bien mais insuffisant. L’union Européenne est impuissante face aux système ultra capitaliste. La seule solution ce n’est pas de faire la guerre aux capitalistes c’est de leurs faire comprendre que si le système capitaliste fonctionne et que certains sont riches et d’autres pauvres, c’est grâce et à cause de ceux qui travaillent. Seulement le système n’a toujours pas compris que plus il y aura de travailleurs plus il y aura de richesse. Il a compris que plus il y aura de richesse plus les riches seront riches voilà notre problème . Et avec la robotisation cela va empirer. Il faut donc faire comprendre au système capitaliste, qui est nécessaire parce que sans l’attraction de l’or l’être humain ne peut pas se repérer, que le partage du travail et la motivation par la récompense sont les deux seules solutions pour que les riches deviennent encore plus riches mais que les pauvres ne restent plus pauvres et accèdent aussi à la richesse. Les 35 heures étaient un début pourquoi ne sommes nous pas allés plus loin ?
    La solution rendre la richesse des capitaux à l’humanité et reformer le système capitaliste pour qu’il accepte que tous le monde puisse accéder à la richesse. C’est l’ADN de Patricia.
    Que cette année 2016 soit une année de réflexion du parti socialiste et que les gens qui se détournent de la convergence n’entrainent pas l’être humain dans leur déchéance.
    Merci Monsieur Montebourg de promouvoir le dialogue sur le principe de la recherche de solutions nouvelles que beaucoup de Français possèdent dans leurs coeurs et dans leurs âmes.
    Les hommes politiques sont des représentants ils n’ont pas le monopôle de la connaissance.
    Dubruly.free.fr
    Cordialement.
    Thierry Dehaye

  6. Mon cher Arnaud, un Référendum a toujours été un « OUI » ou un « NON » envers la personne qui pose la question, et jamais la réponse à la question posée ! Donc, ce sera « OUI » ou « NON » pour le départ de Valls-Hollande, qui ne règlera en rien la situation économique et sociale de la France ! Etant réaliste par nature, il est nécessaire d’adapter notre politique aux exigences du monde nouveau et complexe qui existe, en abandonnant nos conceptions obsolètes et en ayant le courage et l’ ouverture d’esprit de voir la réalité telle qu’elle est et non, telle que voudrait qu’elle soit ! Exactement ! Il s’agit de changer les principes devenus obsolètes avec les structures existantes (Syndicats, Administration, Politiques, ect…), mais, surement pas, de tout dénigrer et de tout rejeter (Syndicats, UE, Ordre Mondial, Politique, ect….) ! A dénigrer tout, on ne construit rien ! Voir la Réalité, telle quelle est et vouloir améliorer les choses, c’est mieux ! Faire son auto-critique et prendre en compte ses erreurs pour progresser, c’est mieux ! Oui, soit on progresse ou on régresse, il faut choisir ! Etre un conservateur qui stagne en ayant la nostalgie du passé – et en oubliant les miséreux qui ont fait vivre « grassement » les « bourgeois » et les « parvenus » des années 1950 -, ne permet pas d’ adapter notre monde nouveau aux problèmes complexes, mais également riches de perspectives nouvelles, plus humaines et plus solidaires ! La France n’ est pas la Somalie, et avec comme principes ‘la Solidarité » et le « Progrès », la France peut être l’exemple pour une Mondialisation à visage humain ! Mais, aujourd’hui, chacun ne pense qu’à profiter des « opportunités » qui se présentent, sans chercher à construire l’ avenir pour les générations à venir !
    Oui, un Mouvement Politique « Solidarité et Progrès » en lieu et place et en prolongement de l’idéologie « Socialiste », qui convenait au 20ème siècle, mais, aujourd’hui doit être une Réalité par le « Progrès dans la Solidarité » ! Vu la complexité et l’évolution rapide et changeante en permanence, il y a une nécessité de mobiliser l’ensemble des énergies individuelles en faisant « confiance » à chaque citoyen – les citoyens n’ont plus confiance aux politiques, car les politiques imposent par le « haut » leurs conceptions et leurs décisions, en ne faisant pas confiance au Peuple ! La Démocratie c’est pourtant « le gouvernement par le Peuple, pour le Peuple » et c’est le moyen le plus efficace pour apporter une solution la plus efficace et convenable, à chacun des multiples problèmes et une perpétuelle adaptation nécessaire aux changements incessants ! Oui, la Démocratie par le « bas » est indispensable – Démocratie Locale Participative ( Le Maire et son Conseil Municipal Public est Décideur, la Région et l’ Etat, ne sont que les Réalisateurs, les Préfectures étant le « lien » naturel technique entre les Communes et l’ Etat ) Toute Décision, Projet, Proposition doit être « valider » par la Commune pour être effective ! Faire la Politique, ce n’est pas faire, mais permettre aux autres – les Communes – de faire ! Si cela était effectif, aujourd’hui, il y aurait des centaines de milliers d’ appels d’offres demandées par les Communes et étudiées par les Régions et l’ Etat pour leurs réalisations ! A titre d’exemple, la transition énergétique – beaucoup de Communes peuvent aujourd’hui être autonome énergiquement par le renouvelable -, l’ action communale sociale – CCAS existant devenant Décideur avec les Services Sociaux Communaux – , développement et aide aux TPE et PME de la Commune en lien avec les Préfectures et les Chambres de Commerce, appels d’offres en lien avec les transports Communaux et Intercommunaux, développement de l’ « Education Sociale » pour l’ensemble des jeunes, en après-midi, en liaison avec l’ensemble des Associations Communales et Intercommunales – Musique, Sport, Danse, etc… -, ect… ! Une Commune qui soit un lieu de « vie » économique et sociale satisfaisant ! Toute personne en difficulté ne devra plus qu’informer sa Mairie qui pourra prendre toute disposition pour résoudre ses difficultés !

  7. Nos Soeurs Les Baleines

    Je réitère, liberté d’expression oblige.

    Socialisme National.
    Que tu le veuilles ou non, c’ est l’ideologie que tu défends, Arnaud Montebourg, et personnellement, j’applaudis.

    Soit tu n’as toujours pas compris, soit tu refuses d’admettre ce que sous-entend et sans doute te supplie d’accomplir l’excellent Laurent Delahousse: le Cercle Proudhon,l’Union Sacrée, du Front National au Front de Gauche, de l’Oeuvre Française à Lutte Ouvrière.
    Tous veulent sauver notre pays chéri, la France.
    Tous, sans exception.
    Ce n’est pas « la Gauche », qui sauvera la France, ni » la Droite ».

    La réalité t’eclabousse au visage dans ce magnifique reportage, et ce au coeur de la Saone-et-Loire:
    80% DE VOS ELECTEURS PS VOTENT DESORMAIS FRONT NATIONAL.

    C’est un de tes camarades du PS qui te le dit, et pas par hasard…
    Alors s’impose un constat simple:
    -Soit 80% de la population de Saone-et-Loire Loire est à côté de la plaque.
    -Soit la dizaine d’adorateurs de la secte PS, aussi sympathiques soient-ils, réunis autour d’une bonne tablée en ta compagnie, vit dans sa bulle idéologique post -soixante-huitarde complètement dépassée par les évènements, et seul le FN a su répondre aux inquiétudes de ses Concitoyens.

    Perso, je fais plus confiance au pragmatisme, au bon sens et à l’instinct paysan ( 80% de la population française il y a cent ans à peine et qui faisait de la France un pays au prestige inégalé).
    L’Instinct paysan, l’instinct du petit peuple, n’ayant ( dieu merci) pas fait Science-Po, te dit:
    -L’immigration crée du chômage, donc de l’insécurité.
    -La Gauche et la Droite, ça ne veut plus dire grand-chose, le Mur est tombé, merci.
    - L’Economie n’est plus au service de la France, c’est la France qui est désormais au service de L’Economie.
    -L’Europe s’est avérée être une arnaque.
    -Que celui qui affirme que le Nucléaire est bénéfique pour l’Humanité et la Planète lève la main, ça va mal finir (attentats,catastrophe Naturelles, erreur humaine, etc…), un jour ou l’autre.
    - On tient encore une élection comme ça, puis ça va pêter en 2022, point barre.

    Nulle ideologie dans tout cela, nul populisme ou poujadisme, juste un constat, un instinct, juste du bon sens, que l’on soit « de Droite », ou » de Gauche ».
    Retire les Mors de ta bouche et déchire ta carte du PS, et ta langue de bois mort se transformera en langue vivante FRANÇAISE.
    J’en n’ai rien à foutre que tu sois du PS ou des Republicains: c’est ce que tu dis qui est interessant.
    L’Instinct, je suis persuadé que tu l’as, et tous Ceux qui te supplient de revenir te demandent en réalité de dire tout haut ce qu’ils pensent tout bas ou refusent de s’avouer.
    La Comedie a assez duré.
    Fonce, Arnaud, la France a besoin de Toi.

  8. Bonjour

    Excusez-moi pour tout à l’heure,, je n »était pas poli, il était 5H du matin.
    Il y a une quarantaine d’années !! J’ai fait une formation de gestion au lycée,
    et vu le travail des politiciens de cette époque, j »ai arrêter de les croire.

    Monsieur Arnaud Montebourg, je vous dis »allez-y et foncez » je suis avec VOUS!!

    J’ai des réflexions politiciennes qui je pense, pourraient vous plaire. Au revoir

  9. Bonjour,

    Monsieur Arnaud Montebourg

    Je ne veux pas critiquer untel ou untel, je ne suis pas expert en la matière Je trouve vos idées dotées d »une
    certaine franchise.Votre entourage peut et doit vous conforter dans ligne politique.

    Seulement une critique M Hollande, que vous l’ayez soutenu ou pas ,ne pas se sentir fautif pour une personne qui n »a pas apporté quelque de bien pour le pays. Son gout du pouvoir est si fort qu’il en a détruit son propre idéalisme. L’idée Cambélis =NUL.

    Monsieur Arnaud Montebourg, je suis avec vous et prêt à travailler avec vos équipes, si vous le souhaitez.

    Au revoir

  10. C’est seulement un entrepreneur avec l’esprit d’entreprenariat peut sauver la France de cette situation.
    Vive Monsieur Ministre

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading