Home » Action comme Ministre » Relocalisations » Présentation de la politique de localisation et de relocalisation

Présentation de la politique de localisation et de relocalisation

Le Ministère du Redressement productif a présenté les premiers éléments de sa politique de relocalisation vendredi 14 juin à Bercy devant des industriels et des élus. Retour sur cette matinée riche en annonces…

I. La relocalisation est à la confluence d’une volonté politique et sociétale

Une volonté politique : mener le combat de la reconquête industrielle 

Des premières réponses globales ont été apportées pour renforcer notre compétitivité (CICE, CIR, BPI, ANI). Les fondations de la reconquête industrielle ont ainsi été jetées.

Une demande sociétale : la promotion du Made in France

La société française exprime désormais clairement des exigences au travers desquelles le citoyen et le consommateur ne font qu’un.

Un soutien populaire assez large comme le montre le sondage IFOP de janvier 2013 :

71% des Français interrogés estimaient que l’Etat devait « aider et inciter les entreprises à localiser ou relocaliserleur production en France ».

95% des Français considèrent qu’ »acheter un produit Made in France est un acte citoyen » et déclarent que « leur achat permet de soutenir l’industrie nationale ».

77% des personnes interrogées estiment que le critère de fabrication française « est suffisamment important pour justifier de payer plus cher un produit » (+5 points par rapport à octobre 2011).

La relocalisation, c’est la poursuite de la bataille culturelle : la promotion du patriotisme économique et du Made in France.

II. La relocalisation, c’est aussi la rencontre d’une réalité économique et d’un nouveau modèle de production

Les relocalisations s’appuient sur des dynamiques liées à l’évolution des facteurs de production, décrite dans le rapport Sémaphores :

  • Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de la mondialisation qui se caractérise par une plus grande régionalisation des échanges commerciaux et le rapprochement continuel des lieux de production et de consommation (rapport Euler Hermes)
  • La logique low cost connaît sur plusieurs secteurs industriels un essoufflement face aux besoins croissants de réactivité de la production aux innovations technologiques, aux évolutions de la demande
  • L’évolution de certains coûts - hausse des salaires, évolution des coûts de transport et de logistique – combinée au poids croissant des coûts cachés de la délocalisation : reprise des malfaçons, aléas de livraison, etc.

III. L’Etat propose des outils mais ne se substitue pas aux entreprises : le colbertisme participatif 

Pour y parvenir, 4 types d’outils ont été mis au point :

a) Colbert 2.0 : Un outil à destination des PME pour simplifier les relocalisations

  • Pour simplifier les relocalisations, un outil d’auto-diagnostic pour accompagner les entreprises souhaitant localiser leur activité en France et leur simplifier l’accès aux informations administratives va être mis à à disposition des PME et des ETI . Ce type de logiciel existe aux Etats-Unis (Reshoring Initiative). Le Ministère du Redressement productif propose un outil adapté à la situation de la France, où les logiques de relocalisations sont différentes (comme l’étude SEMAPHORES l’a montré).
  • Ce logiciel a plus particulièrement été conçu dans une logique de simplification des démarches à accomplir. Sera mis en ligne un logiciel d’auto-diagnostic, sous la forme de 50 questions renseignées en 45 minutes, qui fournira

> Une analyse des raisons principales qui rendent pertinente la localisation de l’activité en France,

> Des liens vers des bases de données pertinentes, comme les pôles de compétitivité, les contacts appropriés dans les régions et dans les services de l’Etat, les aides pertinentes le cas échéant

> Des exemples de relocalisations similaires d’entreprise

> Enfin, le contact d’un interlocuteur unique à même d’accompagner les démarches

b) Une base de données des avantages de tous les territoires

  • Arnaud Montebourg ne réfute l’idée qu’il y ait des territoires qui ne puissent participer à la réindustrialisation du pays. Letravail du professeur El Mouhoub Mouhoud constitue une première étape importante pour montrer la carte des avantages de la France.
  • Sur la base de ce travail, la cellule relocalisations va constituer une base de données aussi précise que possible des avantages des territoires, en lien étroit avec les régions, la DATAR, l’AFII et la DGCIS
  • Le Ministre du Redressement productif souhaite que cette base de données soit la plus opérationnelle possible pour permettre de mettre en face de tout projet d’investissement international un territoire de la France en montrant concrètement les avantages de ce dernier.

c) Les moyens financiers pour favoriser les relocalisations

  • L’utilisation, en lien avec Michel Sapin, des fonds de revitalisation (50 millions d’euros) pour faciliter l’implantation d’entreprises sur des territoires industriellement sinistrés : Ce sont des entreprises privées quittant notre territoire qui financent donc la localisation ou relocalisation d’autres entreprises.
  • La mobilisation des aides à la réindustrialisation (ARI) pour pouvoir accompagner de manière plus souple les entreprises qui localisent ou relocalisent des productions en France.

d) Les moyens humains déployés pour orienter et soutenir les entreprises

  • La mise en place de 22 interlocuteurs uniques dans les régions qui seront chargés de renforcer l’offre locale des services de l’Etat en matière d’attractivité et d’accompagnement des entreprises pour tous les projets d’investissement supérieurs à 3 millions d’euros.
  • La mise en place d’une « cellule relocalisations » au sein du cabinet du Ministre du Redressement productif quitravaillera de concert avec la DGCIS, l’AFII et la DATAR, les régions et toutes les collectivité territoriales pour coordonner et mobiliser les moyens de l’Etat autour des projets de relocalisation
  • La mise en place d’un dispositif de mentorat qui permettra à chaque entreprise qui le souhaite d’être accompagnée par une entreprise ayant déjà vécu l’expérience d’une relocalisation. Arnaud Montebourg a, à ce titre, confié à M. Peyrard, qui a été pionnier sur le sujet chez Atol, le soin du lancement de ce dispositif.

Toutes les informations sur le site du Ministère du Redressement productif

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading