Home » Action comme Ministre » Restructurations » L’Etat ne lâche pas les Atelières

L’Etat ne lâche pas les Atelières

Les Atelières

L’Etat ne lâche pas les Atelières

- Communiqué de presse -

Arnaud MONTEBOURG, ministre du Redressement productif, et Benoît HAMON, ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire et à la Consommation, ont pris connaissance avec regret de la situation difficile de l’entreprise les Atelières, spécialisée dans la confection de lingerie et organisée sous forme de société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), témoignant ainsi de la mobilisation des salariés.

Dès la création de cette entreprise, le gouvernement s’est mobilisé pour encourager un projet visant à soutenir le Made in France dans un secteur particulièrement exigeant. Le Commissaire au Redressement productif et le Préfet de la région Rhône-Alpes, de même que Bpifrance se sont ainsi tenus aux côtés des Atelières pour les accompagner dans la réussite de leur pari.

S’ils peuvent avoir un rôle de levier, les pouvoirs publics n’ont cependant pas vocation à prendre en charge la totalité des besoins de financement des activités industrielles. Elles doivent également, par elles-mêmes, susciter la confiance des investisseurs et des clients. Malgré de fortes contraintes, d’autres façonniers, dans le pôle Mode Ouest par exemple, ont ainsi apporté la preuve que le Made in France disposait de débouchés solides dans le secteur de la bonneterie et de la corsetterie.

Dans le cas particulier des Atelières, les ministres souhaitent que toutes les options soient examinées afin de permettre la poursuite de l’activité industrielle. Une réunion avec les différents acteurs du dossier sera donc convoquée ce mercredi sous l’égide du ministère du Redressement productif et du ministère délégué à l’Economie sociale et solidaire afin d’analyser les difficultés industrielles et financières de l’entreprise et les moyens éventuels de pérenniser son activité.

Compte-rendu de la réunion organisée au sujet des « Atelières » sous l’égide du ministère du Redressement productif et du ministère délégué chargé de l’Economie sociale et solidaire.

- Communiqué de presse -

Une réunion a été organisée sous l’égide du ministère du Redressement productif et du ministère délégué chargé de l’Economie sociale et solidaire, mercredi 5 mars avec Muriel PERNIN, présidente des « Atelières », entreprise de corsetterie et de lingerie, reprise sous forme de société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) il y a un an.

Depuis son lancement, l’Etat soutient et accompagne ce projet industriel. Ainsi, face à la situation économique et financière difficile que connaît aujourd’hui l’entreprise, la réunion de mercredi avait pour objet de déterminer les conditions d’un modèle économique pérenne et de son financement.

A cette fin, étaient présents des représentants des deux ministères, de la préfecture de Rhône- Alpes, de Bpifrance, et d’autres banques. Tous ont souligné leur volonté d’étudier le dossier dans les plus brefs délais afin de trouver, le cas échéant, une solution viable pour les trente salariés des « Atelières ».

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

4 Réactions

  1. Monsieur le Ministre,
    Je comprends votre question relative aux maillots de l’équipe de France de foot,mais vous êtes-vous assuré que dans votre propre ministère ,tous les produits manufacturés achetés sont made in France.

  2. je viens de lire qu’on va filer des millions d’euros en centre afrique ….!!! plus la france coule ,plus on donne à l’étranger….c’est vrai qu’en france la misère ,on ne connait pas !?? les restos du coeur, les millions de chomeurs, les banques qui ne prètent pas , les boites qui ferment,les français qu’on taxe de plus en plus …..!!! le ps se fout de notre gueule ….piquer dans la poche des français pour jeter l’argent par les fenetres, c’est une honte !!! (mais c’est bien connu les socialistes n’ont honte de rien…!!)

  3. A tous ceux qui croient au made in France, rendez vous sur le site http://www.milemil.fr, deux entrepreneurs qui lancent la première chaussure de foot 100 % made in France, fabriquée dans les ateliers de Romans, ex bastion de la chaussure haut de gamme. Une initiative remarquable, qui a valeur de symbole auprès de tous les jeunes, scolaires, sportifs et autres dont amateurs du dimanche, équipes amateurs et pro, séniors sur les vertus du sport en général et du made in France en particulier; Une initiative entrepreneuriale soutenue par une vision moderne de l’entreprise : financement en crowdfounding sur http://www.ulule.fr.
    Le Ministre peut jouer un rôle d’ECHO si bénéfice pour cette petite entreprise qui devrait rencontrer rapidement son public et sa solvabilité. A encourager ?

    bien cordialement

  4. comment ne pas avoir vu que la gérante ???des atelières ne faisait pas l’affaire ,ce n’est pas une personne qui à rêver d’être mannequin ….qui va gérer une entreprise.Mettons à la tête d’une entreprise pareille quelqu’un de bien encré dans la gestion, dans le nécessaire, tout en étant beau.

    Soyons réaliste, sommes nous là, pour que l’on nous remarque ou pour faire du  » boulot » ??(comme nous disons en Saône et Loire ).

    revenons au concret: j’aimerai comprendre ce qui à été annoncé par les journalistes…où est passé est passé la différence entre les aides et les dépenses annoncées .

    pourquoi quand j’ai cherché à acheter ces produits je n’ai rien trouver dans les commerces …grandes surfaces et magasins spécialisés … alors que l’annonce avait été faites dans les médias…

    en espérant que MR Montebourg suit toujours ce dossier et qu’il pourra m’en dire plus que les média…

    marie paule iarovay st etienne en bresse

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading