Home » campagne présidentielle 2012 » Les profits des sociétés du CAC 40 sont-ils utiles pour l’économie ?

Les profits des sociétés du CAC 40 sont-ils utiles pour l’économie ?


Le chiffre est tombé comme une lame obscène : 83 milliards de profits pour les entreprises du CAC 40 en 2010. Le niveau d’avant la crise est presque rattrapé (96 milliards en 2007). Les actionnaires ont délocalisé les conséquences de la crise vers les seuls salariés et ils se distribuent les dividendes. L’année dernière 35 milliards, ont été distribués dans la poche des actionnaires, soit l’équivalent du grand emprunt. Et il y a belle lurette que ces profits ne font plus les investissements de demain et les emplois d’après demain. Ils font les dividendes et les délocalisations d’aujourd’hui.

La moitié de ces 83 milliards échouera sur les comptes bancaires des possédants du capital, une minorité d’ultra-riches, c’est-à-dire en dehors de l’économie productive. L’autre moitié constituera les dividendes versés aux marchés, ces mêmes marchés qui spéculent contre les dettes souveraines. A l’intérieur de ces 50%, les deux tiers partiront hors de France car le CAC 40 est possédé à cette hauteur par des étrangers. « Mon job n’est pas de maximiser l’emploi en Europe » déclare Thomas Enders, le patron d’Airbus. Salariés, savoir-faire, outil industriel, territoires, les actionnaires de ces groupes méprisent tout, mise à part l’ultra-rentabilité. En 2005, Nestlé n’a pas hésité à fermer son usine de Saint-Menet. La cause : elle dégageait un taux de profit de 9%, quand les actionnaires exigeaient 13% minimum !

 

Pire que l’indécence, l’inutilité : A quoi tout cet argent sert-il ? A rien.

On nous dit que les grandes sociétés emploient 10% de la population active française. C’est vrai, mais elles ne créent plus d’emplois, elles en détruisent. Entre 2005 et 2009, les entreprises du CAC 40 ont supprimé 44 000 emplois en France, alors que le secteur privé en créait 200 000. Michelin a détruit 5000 emplois en 5 ans ; Renault, près de 12 000 et Sanofi a licencié 3000 personnes en 2009-2010 (dont 1300 dans la recherche).

Alors on nous répond que ces grands groupes renforcent la position économique de la France dans le monde. C’est faux. Pour vendre, ils doivent désormais offrir aussi leur technologie et leurs secrets. Les centres de recherche se multiplient en Chine, et avec eux les brevets. Même les sièges sociaux s’en vont peupler les cantons suisses où il n’y a pas d’impôt à payer. Les grands groupes ne renforcent pas la France, ils l’affaiblissent.

On nous dit que ces grandes entreprises investissent largement en France. C’est faux : Les mastodontes du CAC n’investissent plus dans notre pays pour les activités d’avenir. Alstom a racheté une société espagnole pour se lancer dans l’éolien et Saint-Gobain en a fait de même en Allemagne pour le solaire, tandis que Renault est passé sous la barre des 20% de voitures produites en France.

On nous dit que ces entreprises rapportent quand même beaucoup d’impôts à l’Etat. C’est encore faux. La recherche privée en France bénéficie du « crédit impôt recherche » et les sociétés du CAC pompent tous les allègements de charges à force de chantage. Celles-ci payent 12% d’impôt sur les sociétés contre 26% en moyenne pour l’ensemble des PME. De sorte qu’avec la complicité de l’Etat, ces entreprises sont devenues des robins des bois à l’envers qui prennent dans la poche des PME et des salariés pour engraisser les actionnaires.

On nous dit que ces grandes entreprises structurent l’économie. C’est toujours faux. Elles étranglent les sous-traitants, en pratiquant une politique de l’assèchement : paiement en retard, débauchage de cadres, rapt de brevets et surtout usage des sous-traitants comme amortisseur de la crise. En Allemagne, c’est tout l’inverse, les grosses entreprises savent soutenir et développer leurs fournisseurs.

On nous dit de ne surtout rien faire car ces entreprises partiraient. C’est faux. Elles partent de toute façon. Total a fermé la raffinerie de Dunkerque et en construit une à Jubail en Arabie Saoudite, délocalisant au passage ses émissions de CO² dans ce pays qui n’a pas ratifié le protocole de Kyoto.

 

En résumé, ces profits sont inutiles pour l’investissement, inutiles pour l’emploi, inutiles pour la France, inutiles pour l’Etat, inutiles pour le tissu économique des sous-traitants et inutiles pour l’ensemble des salariés qui ne voient pas la couleur de leurs efforts (les profits ont augmenté de 13% et les salaires de 2% en 2010). Pire, ces profits créent des tensions dans les entreprises en soulevant le cœur de chacun, du salarié au bas de l’échelle au patron à qui les actionnaires intiment l’ordre de ne pas augmenter les salaires. Les actionnaires sont devenus la cause majeure de la démotivation des travailleurs.

C’est pourquoi j’en appelle à l’alliance nouvelle des producteurs, qu’ils soient entrepreneurs, salariés, chercheurs, contre les rentiers et actionnaires C’est par l’inoculation de la démocratie dans l’économie que nous transformerons ce système révoltant. L’entreprise ne peut plus être gouvernée contre l’ensemble de ses salariés mais aussi contre les valeurs communes de notre société. Je propose donc 4 mesures de salubrité économique pour la France.

 

- Je propose de faire entrer les salariés dans les conseils d’administration des entreprises avec voix délibérative à hauteur du tiers des membres, pour qu’ils y défendent l’emploi et l’outil de travail qu’ont abandonné les actionnaires. Ils seront les défenseurs du patriotisme industriel.

- Je propose de rendre incompatible la distribution de dividendes aux actionnaires avec les licenciements économiques : les entreprises devront désormais choisir. Si elles veulent distribuer des dividendes aux actionnaires, elles ne pourront plus pratiquer de licenciements économiques. En revanche, si elles licencient, elles ne pourront pas distribuer de dividendes.

-Je propose d’attacher les rémunérations d’encouragement aux progrès réellement réalisés par l’entreprise (développement, investissement, emplois) et non à la seule rentabilité financière. Il nous faut par ailleurs accepter de mieux rémunérer les producteurs et ceux qui prennent des risques salutaires du point de vue de l’utilité productive, en asseyant les rémunérations exceptionnelles sur des indicateurs exclusifs de développement.

- Je souhaite enfin promouvoir le capitalisme coopératif, c’est-à-dire un autre modèle d’entreprise dans lequel le pouvoir est démocratique et non confisqué, les profits partagés ou réinvestis et non captés par les seuls actionnaires. Nous avons institué « liberté, égalité et fraternité » dans la société, nous pouvons aussi le faire dans l’entreprise.

 

 

Arnaud Montebourg

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

50 Réactions

  1. Encore un effort et vous allez virer du coté de Sarkozy. Ces primaires sont une bêtise car on ne peut pas faire confiance à quelqu’un comme vous pour le rassemblement. Je vous ai soutenu pendant longtemps mais je dois avouer que vous me décevez beaucoup trop maintenant pour que je vous soutienne.

  2. Philippe de Marseille

    Merci M.Montebourg de dénoncer le dictat de Guerini.Pourquoi Mme Marie Arlette Carlotti n’a-t-elle pas pu se présenter en lieu et place de ce Monsieur qui ne peut pas laisser sa place tant il a besoin de pouvoir de pouvoir!Il trempe tout de même dans de sales affaires qui ne l’honnore pas!Quant au soutien de Martine Aubry…ceci renifle la magouille des urnes d’Allauch,elle ferait bien de regarder la situation en face si elle veut briguer la présidence en 2012.La République veut des gens honnêtes.Le PS a du mal,surtout dans les Bouches du Nord!

  3. Nos Soeurs Les Baleines

    Spéciale dédicace à LIPTON qui délocalise en Pologne.
    Eh, Sodem! si vous alliez plutôt apporter votre soutien pachydermique ailleurs, plutôt que d’insulter tranquillement derrière voutre ordinateur?
    Continuez donc à brouter gentiment avec les candidats qui n’ont pour programme que la levée du bouclier fiscal et la retraite à 60 ans oui, mais…
    Elle propose quoi, la mère Aubry, pour le système bancaire français? Et pour redonner vie à cette démocratie moribonde où seule 30% des électeurs se présentent aux urnes (à Marseille et ailleurs)? et comment relancer l’économie avec les valeurs du Socialisme? et les autres, ils proposent quoi?
    Vous n’en savez rien?
    C’est normal, eux non plus.

    Extrait d’une dépèche AFP au 1er tour des cantonales:

    «  »Et dans tous les cantons marseillais, le PS recule. Par exemple aux Cinq Avenues, au-dessus de la Canebière, Marie-Arlette Carlotti, pourtant bien implantée, perd plus de quinze points par rapport à son score de 2004 (41,10% contre 25,19%).

    « Dans cette campagne, au lieu de parler politique, on nous a d’abord parlé de morale et d’éthique », remarquait dimanche l’élue socialiste, en colère. » »

    Pauvre Arlette: à vous dégoûter de faire de la politique…

    La même Arlette, 7 jours plus tard…:

    «  »Une conseillère générale PS de Marseille, Marie-Arlette Carlotti, s’est publiquement interrogée sur la candidature de président du conseil général sortant, Jean-Noël Guérini, à sa succession, estimant que « les choses doivent changer », selon un communiqué diffusé lundi.
    « L’annonce de la candidature de Jean-Noël Guérini à la présidence du Conseil général pose de nombreuses questions. Je ne lui donnerai pas un blanc-seing. Les choses doivent changer. C’est un message que je lui adresse », affirme Mme Carlotti, dans ce texte.
    Elle demande également que les élus socialistes du conseil général « se réunissent le plus rapidement possible » pour « trouver de nouvelles perspectives dans l’intérêt de nos concitoyens ».
    Mme Carlotti a été réélue conseillère générale dans le canton des Cinq-Avenues (centre de Marseille) avec 64,46% face à une candidate du FN, Elisabeth Philippe (35,54%).
    Dimanche «  »

    Elle est gentille, Arlette.

    le Coran: « la plupart oublient tout, exceptés d’être ingrats ».

    Merci, Arnaud, pour servir les Citoyens Français comme tu le fais.

  4. moi je ne comprends toujours pas les français.montebourg fait surement de l’ombre à certains mais ceux qui le critiquent pour cautionner les éléphants se trompent.la gauche caviard et magouilleuse doit être exterminée comme tous ceux qui sont nuisibles aux salariés.je pense qu’ils sont plus nombreux que les actionnaires et si seulement ils en avaient consciences les choses changeraient beaucoup.mais les médias continuent leur soutien au capital.je trouve formidable cette audace de dénoncer ce que trop peu fond mais au fait pourquoi ne l’a t-il pas fait plud tôt ?ce qui se passe aujourd’hui dure depuis si longtemps que c’est en voie de banalisation.alors les électeurs s’éloignent des urnes et chacun feind de s’en étonner.quel citoyen responsable peut cautionner ces dérives d’ou qu’elles viennent.pourtant les moyens de communications éxistent il n’y a pas que la télé alors que faut-il faire pour ouvrir les yeux à ceux qui ne veulent rien voir?

  5. Sodem, vous avez parfaitement le droit d’être en désaccord avec Arnaud Montebourg mais l’insulte et le mépris n’ont jamais grandi leur auteur.

  6. C’est pas avec DSK que l’on va entendre les même propos surtout avec les conseils de A.Minc.
    Viront tous ces patrons du CAC40, les copains du Fouquet’s qui cumulent les postes dans plusieurs conseils d’administrations avec des salaires et autres appointements qui sont indécents !

  7. D’accord avec Jack.
    Sodem, tu crois que DSK est socialiste ? Heureusement qu’il y a des Arnaud au PS pour faire bouger ce parti et virer les éléphants.
    Présentes-toi Arnaud, on fera le maximum pour ton élection aux primaires.

  8. Des milliers d’entreprises viables à reprendre, des salariés dans l’angoisse, et un département en manque d’activité: l’équation de l’impossible ?

  9. Des milliards d’euros distribués aux actionnaires et des salariés mis sous pression pour encore et toujours plus de rentabilité, des salariés soumis à la politique du chiffre et des objectifs démesurés et déshumanisés provoquant un mal-être quasi permanent dans le monde salarial.
    Une analyse très claire et très pertinente dans la déclaration d’Arnaud.

  10. Les profits réalisés par les entreprises doivent être répartis entre capital et travail selon leur participation à la valeur ajoutée.Il ne suffit pas de faire participer les salariés aux conseils d’administration. Ceci est la vraie justice.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading