Home » Kodak – La délocalisation forcée

Kodak – La délocalisation forcée


Officielle depuis le 23 juin 2005, la décision de Kodak de supprimer 340 emplois à Chalon-sur-Saône à l’issue d’une première vague de licenciements de 270 salariés, modifie de façon profonde le paysage économique du territoire bourguignon.

Premier employeur de la région, Kodak fermera totalement son site dans les mois à venir. Les conséquences seront particulièrement lourdes tant pour les salariés que pour notre territoire.

Associé aux discussions, votre député Arnaud MONTEBOURG a vigoureusement dénoncé l’immense préjudice qui se prépare, estimant que Kodak Industrie représente une charge dont Eastman Kodak, la maison mère située aux Etats-Unis, souhaite se débarrasser.
Aucune information n’a été donnée sur la stratégie mondiale du groupe, ni sur les redéploiements des productions, laissant penser qu’il s’agit bien d’une délocalisation d’activité déguisée.
Arnaud MONTEBOURG a exprimé à de nombreuses reprises les conditions inacceptables de ce retrait.
« Le combat contre Kodak doit se mener car le coût social, fiscal, économique et industriel que cette entreprise cherche à faire supporter au département de Saône-et-Loire dans le but de se retirer à vil prix est exorbitant. »

Les élus UMP de Chalon-sur-Saône, comme le gouvernement, sont étonnamment discrets sur cette fermeture. Invitant les élus socialistes à « l’union sacrée », ils prient tout un chacun d’être solidaire de leur impuissance qui n’est que le résultat de la politique du gouvernement qu’ils soutiennent.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading