Home » 15 ans d'action politique » Des idées » Il fallait refuser dès 2012 ces politiques d’austérité sans fin

Il fallait refuser dès 2012 ces politiques d’austérité sans fin

Interview au journal Le Monde 

Va-t-on vers un compromis dans la crise grecque ?

Je l’espère. La prise en considération de l’expression démocratique du peuple grec est impérieusement souhaitable, tant l’inverse serait une catastrophe pour l’économie européenne dans son ensemble et pour la France en particulier. Les dirigeants français et européens qui emboîtent le pas militairement derrière l’intransigeance idéologique de la droite allemande ont-ils bien mesuré les conséquences de leur apologie suicidaire du Grexit ? Faisons les comptes pour la France : une défaillance de la Grèce coûterait aux finances publiques de notre pays 40 milliards d’euros, soit l’équivalent de 2 points de PIB. Qui solderait cette dette supplémentaire? Les contribuables français. Et comment oser risquer la contagion que provoquerait ce transfert brutal et massif de 300 milliards d’euros environ d’actifs perdus vers les déficits budgétaires des autres pays européens, ou bien de la chute inévitable de l’investissement dans nos pays qui peinent déjà à repartir, ou encore des troubles provoqués par ce début de destruction de la zone euro ?

Quelle  serait à vos yeux la meilleure solution ?  

Il existe toutes sortes de solutions _ effacement partiel de la dette,  création de titres de « dette perpétuelle », étalement ou monétisation de la dette par la BCE ou la banque de Grèce elle-même _ pour régler ce problème de surendettement sans trop de dégât pour la Grèce et ses créanciers. Elles ont déjà été expérimentées dans l’histoire politique et financière, mais cela supposerait que les idéologues de la dette reconnaissent enfin l’inefficacité chronique de leur politique.Chacun peut se rendre compte à travers le cas grec de la lourde défaillance des politiques d’austérité. Plus on serre la vis budgétaire, plus on appauvrit les gens, plus on coule l’activité économique et moins on peut rembourser ses dettes. C’est pourtant une loi mathématique de l’économie que la quasi totalité des économistes, prix Nobel en tête, et des institutions internationales, FMI en tête, se sont égosillés à rappeler en vain aux dirigeants européens depuis longtemps. Cette stratégie est aussi stupide que celle des saignées de Diafoirus, le médecin de Molière qui retirait au malade son sang pour le guérir, provoquant à l’inverse sa mort lente.

Vous donnez quitus à Alexis Tsipras d’avoir agi comme il l’a fait?

Le Premier ministre grec n’avait pas d’autre choix. Le référendum découle de l’intransigeance de la Commission européenne qui refusait la restructuration de la  dette pendant que M Tsipras faisait des propositions de réformes structurelles qui permettaient de sortir de l’impasse.. Le résistance du peuple grec est juste sur le plan de la politique économique et doit être prolongée dans tous les pays européens si l’on souhaite enfin faire baisser le chômage, obtenir la reprise de la croissance et…rembourser par la croissance les dettes de la crise.

Etes- vous en train de vous rapprocher de François Hollande et de Manuel Valls qui plaident sans relâche pour le maintien de la Grèce dans la zone euro? 

La position prise par le Gouvernement Français, refusant le Grexit est pour moi la seule conforme aux intérêts de la France. Mais si la France s’était battue dès l’alternance de 2012, si elle avait refusé cette politique d’austérité dans tous les pays, sans limite et sans fin, imposée par la droite allemande et son relais, la Commission européenne, non seulement nous n’aurions pas raté la reprise mais nous aurions le redémarrage observé en Angleterre (2,8% de croissance) En clair, les Italiens, les Espagnols, les Portugais, les Belges nous attendaient, et nous les avons laissés dans les griffes dangereuses des obsessions allemandes, avant de nous y précipiter nous mêmes. Cette idéologie d’inspiration allemande s’est répandue dans toute l’Europe et a cruellement prolongé artificiellement la crise en France comme ailleurs ; elle a fait exploser le chômage, pendant que tous ceux qui ont fait l’inverse dans le monde sont sortis depuis longtemps de la crise et ont obtenu des résultats sur le chômage

Vous incriminez « l’idéologie de la droite allemande » mais elle est aujourd’hui dominante en Europe. N’est- ce pas votre défaite ?  

Ce n’est pas parce que cette idéologie est dominante qu’elle est juste et qu’il faudrait s’y soumettre, surtout pour un pays fondateur et aussi important que la France. Cette condamnable docilité à l’égard des politiques d’austérité, qui agit aujourd’hui comme un piège destructeur contre l’Europe, est d’ailleurs la raison de mon départ du Gouvernement l’été dernier. Le peuple grec comme beaucoup d’autres en Europe ont fait d’énormes sacrifices, mais pour des résultats sur le plan de l’endettement inexistants. En 2008, la zone euro et les États Unis avaient le même taux de chômage (10%), aujourd’hui les Américains ont un chômage à 5,5% et les Européens à 11,5%. Qui a raison ?

La zone euro résiste encore parce que le couple franco allemand tient. N’est- ce pas la démonstration que tout bras de fer avec l’Allemagne serait dangereux ? 

Je ne le crois pas. François Hollande a accepté la convergence politique de la France sur la ligne d’austérité de l’Allemagne, alors que nos fondamentaux divergent profondément : nous connaissons un boom démographique depuis 15 ans, pendant que nos amis allemands vieillissent. Eux n’ont pas besoin de croissance car le gâteau augmente toujours même lorsque celle-ci est absente. Nous autres avec notre jeunesse au chômage et notre croissance démographique, nous en avons au contraire grand besoin. Cette divergence devrait être traitée par un compromis aujourd’hui inexistant. Nous sommes tristement alignés sur les intérêts de l’Allemagne qui a raison de défendre les siens, à la condition cependant que nous défendions enfin les nôtres, le tout dans l’intérêt bien compris de l’Europe.

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

22 Réactions

  1. Les raisins de la colère,
    Peut être pour la fête populaire cet Ete, en cocktail La fameuse boisson Vénitienne « Spritz » (à base de vin blanc pétillant), pour une fête réussi avec quelques saucisses allemandes.
    Vive la Nouvelle France.

  2. Avec des amis comme Sapin , Moscovici , Valls et François l’Audacieux , Alexis Tsipras n’a pas eu besoin d’ennemis lors des négociations du 13 juillet.

    Il est évident qu’ils ont aidés le Dr Schauble à lui maintenir la tête sous l’eau, que pouvait il faire seul contre tous.
    C’est une honte pour des gens qui se prétendent « socialiste ».
    Mais comme le dit Varoufakis la destination finale de la troïka c’est Paris.

  3. A l’heure où la BCE prête à 0% aux banques qui prêtent à leurs tours aux États via des fonds de placement dont le siège social se situe dans des paradis fiscaux, je me demande si on aurait pas tendance à prendre les citoyens européens pour des c..s. Il faut croire que oui car personne ne s’indigne de cette situation et la Grèce continue à rembourser des intérêts faramineux. Nos chers bureaucrates ont conçu une Europe du profit sans règle en oubliant l’Europe sociale. (même le capitalisme le plus sauvage s’impose un minimum de règles pour éviter l’explosion sociale)
    L’Europe de 1933 ressemblait cruellement à l’Europe de nos jours, pauvres de plus en plus pauvres, riches de plus en plus riches, l’extrême droite n’a jamais été aussi forte et le nationalisme grandit de jours en jours.
    En France, nos élites « énarquiennes » seraient bien avisées de redresser la barre car si les français restent des démocrates acharnés, le sentiment de « je vote FN pour les (hommes politiques) foutre dehors » grandit de jours en jours

  4. L’Europe telle qu’elle aujourd’hui ça craint du boudin. Le Sénateur Raffarin disait à propos de l’Europe sur un référendum ; un mot romain « The Yes needs the No to Win againt the No » en anglais. Je dirais qu’aujourd’hui, vu la concurrence faussée et déloyale et la mauvaise volonté des transformateurs industriels, on est en somme pour la Paysannerie dans un Casus belli, ce ne sont pas pas des chiens écrasés.

  5. Je suis d’accord avec Le Ministre Arnaud Monteboug, il faut de la croissance comme aux Etats Unis, comme chantait Nougaro en arrivant à New York : « Dès d’Aérogare j’ai senti le choc un souffle barbare j’ai changé d’époque, ici Nougayork ».

  6. bj il ne faut pas parler a la place des francais j en connaît et pas un de mes amis socialiste sont d accord avec un non remboursement des grecques qu ils remboursent les dettes de nous et de nos enfants heureusement que nous avons merkel et l allemagne pour que les grecques payent et les pays du nord aussi merci à eux de nous défendre payez vos dettes à nous peuple de France et nous vous aimerons bav

  7. Qui va oser dire que la dette a été créé a partir du moment ou la France a cessé d’emprunter a zero% auprès de la banque de France… Ce sont les intérêts qui ont mis a genou l’économie et enrichissent le système bancaire internationale! 1973 sombre année pour la France.

  8. Bonsoir Monsieur Montebourg
    je constate comme vous l’augmentation d »audience du FN, et je le déplore
    En même temps cela fait dix ans que je dis à mes amis que vu la façon dont les politiques gèrent la France amène inéluctablement l’augmentation de ce phénomène
    Mais quand donc les politiques, énarques ou non, vont-ils enfin écouter et entendre les gens d’en bas
    Quand vont-ils comprendre que le peuple en a marre et que le vote est devenu soit abstention soit Marine?
    Quand vont-ils comprendre qu’on n’en peut plus de toutes ces joutes verbales et politico-politiciennes qui n’avancent à rien. Droite? Gauche? Franchement on s’en fout, la seule bonne question que les politiques une fois les élections passées devrait être : cette décision est-t-elle bonne ou non pour la France et les Français!
    oui! alors on vote! non! alors on refuse!
    c’est pourtant simple, Non!
    Allez, faites donc passer le message!
    Merci
    Et sincères salutations

  9. Le messager d’Athènes de Tulle au Bas-Pays s’exclama
    érotisé par la foule : « Ministre un jour, Ministre toujours ! »

  10. Trop de déflations, trop de petits salaires,

    Franchement, si Trump est ÉLU Président des États Unis d’Amérique versus establishment et bien, JACK peut être le Prochain président de la République et moi je dis Oui, peut être que nous sommes des Calimero mais nous le faisons avec Brio et avec le Panache.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading