Home » Action de Député » Ecole : 16 000 postes supprimés

Ecole : 16 000 postes supprimés

La décision de Nicolas Sarkozy de supprimer 16 000 postes d’enseignants à la rentrée prochaine est une décision grave, lourde de conséquences pour l’avenir des jeunes et qui révèle une fois de plus le cynisme du gouvernement. On sait maintenant que se prépare la même chose pour 2012 et 2013. Au total, 48 000 postes supprimés en trois ans.

La destruction du service public de l’Education nationale coûtera cher aux générations futures. Au moment où la crise économique et sociale exigerait d’aider plus que jamais les jeunes à préparer leur avenir, et de rassurer les parents sur les chances de leurs enfants, le gouvernement détruit les moyens de l’école.

Cette politique trouve son prolongement dans une autre décision symbolique : la disparition progressive des « réseaux d’aide aux enfants en difficulté à l’école » décidée par le Ministère de l’Education. Si ces réseaux n’ont pas apporté toutes les solutions espérées, leur disparition sans envisager un dispositif de substitution, va inévitablement renforcer le taux d’échec scolaire, avec toutes les répercussions que l’on connaît : la progression de l’illettrisme, la ségrégation sociale et la violence à l’école. Nous ferons d’ailleurs prochainement des propositions en ce sens.

Les résultats des dernières élections n’ont pas servi de leçon au gouvernement : c’est toujours une incroyable indifférence aux injustices et l’incapacité d’une vision à long terme.

Arnaud Montebourg
Député de Saône-et-Loire
Président du Conseil général

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

10 Réactions

  1. Bonjour
    pouvez-vous vous exprimer sur l’avenir du nucléaire en France ? Quels sont vos convictions en la matière ? Merci et cdt

  2. Ce qui est critiqué dans ce billet est bien vrai mais, avant d’embaucher plus de monde – ou de débaucher en fait -, ne faudrait-il pas revoir profondément la gestion des ressources humaines? En quoi, par exemple, se justifient les critères d’attribution de postes pour les profs? Ne serait-ce pas plus simple, plus efficace et plus sain qu’ils soient directement recrutés par l’établissement?

  3. Il y a de moins en moins d’enseignants pour les enfants en scolarité normale , que dire des demandes d’accès à l’éducation pour les enfants autistes !! Cette droite n’a aucune pitié pour les plus faibles et les plus pauvres, c’est cela que vous devez dénoncer sans relache !! merci !

  4. La destruction méthodique de l’Education continue son chemin…
    C’est FOU, honteux et dramatique pour l’avenir du pays et surtout des jeunes. Faire cours de plus en plus souvent dans des écoles et des collèges avec 30 et plus d’élèves par classe c’est une folie savamment orchestrée pour favoriser encore plus les départs vers le privé qui est mieux loti en matière de postes de profs en proportion dans le budget pour la rentrée prochaine !! Comment peut-on arrêter un tel désastre ?! Les profs subissent de plus en plus la difficulté de ce métier et les élèves peuvent de moins en moins être aidés dans de bonnes conditions !

    Pas de « travail individualisé » possible pour aider les plus fragiles…
    Même des politiques de droite le disent mais rien n’arrêtent la folie du gouvernement. Ce n’est pas la Finlande, souvent citée en exemple, qui « parque » autant d’élèves par classe ; ni le Danemark, ni l’Allemagne qui, cette dernière, reconsidère son système éducatif et regarde depuis plusieurs années le nôtre pour modifier le sien. En effet, en Allemagne, il y avait quasiment un système éducatif par Lander et des filières « ségrégatives » étaient installées très tôt pour les élèves. Filière professionnelle à l’écart de la filière type « lycée » mettant dès 14 ans bon nombre de jeunes à l’écart des autres. Certes un « bon système » ça n’est pas simple mais ça n’est surtout pas en réduisant l’encadrement des élèves de cette manière que l’on peut les aider !! Il va falloir un véritable sauvetage quand les « liquidateurs » actuellement à l’oeuvre auront fini de sévir !

  5. Vous insistez sur les RASED, mais c’est tout le système qui part à vau l’eau. Plus de surveillants pour les élèves, plus d’aide individualisé, moins d’options, des classes surchargées…
    C’est l’avenir de notre jeunesse qui apparaît en péril !
    http://thalasrum.over-blog.com

  6. Cher Monsieur Montebourg,

    merci pour ce message qui rappelle une évidence : la première des richesses d’un système éducatif, ce sont les femmes et les hommes qui le font, non les tableaux électroniques, gadgets technologiques (les ordinateurs pour faire apprendre l’anglais aux gamins de 3 ans, selon Luc chatel) ou les théories idéologiques fumeuses.

    Il faudrait pourtant aller plus loin, et dénoncer l’une des « propositions » du programme du PS tout chaud : l’accentuation de l’autonomie pédagogique des établissement… Jolie expression pour ouvrir la porte au recrutement individualisé par les proviseurs (piston et soumission garantis), comme cela commence avec ce qu’on nomme pudiquement les « postes spécifiques » et autres dispositifs « CLAIR ». Bientôt une école à deux vitesses : des profs pour les pauvres (qui sont des crétins et qui doivent le rester, bien entendu), qui feront de l’animation et de la pédagogie démagogique type IUFM, et des profs qui transmettront culture et savoirs fondamentaux aux enfants des classes les plus favorisées. Bref : une école à l’américaine ou à l’italienne, souhaitée par la droite, et que le PS veut à son tour, sous couvert d’innovation pédagogique, récupérer!
    Voici un premier témoignage des perversités auxquelles cette « autonomie » tant vantée dans les IUFM et à Bercy, conduira inexorablement :
    http://foodamour.free.fr/index.php?post/2011/03/26/Le-monde-ne-sera-sauve-s-il-peut-l-etre-que-par-des-insoumis-Andre-Gide

    A la place de cette mesure pernicieuse, mettez plutôt fin, cher M.Montebourg, au collège unique, qui crée et accentue les inégalités, qui pénalise ceux qui suivent et enfonce ceux qui s’ennuient et qui veulent faire autre chose de leur jeunesse et de leurs capacités. Mettez fin au collège unique, et créez de véritables filières professionnalisantes d’excellence, avec moyens humains, tout en menant une grande campagne de valorisation des métiers dits « manuels » que des gens qui se disent pourtant de gauche jugent avec mépris. Faisons des CAP, BEP et autres Bac pro de vraies filières d’excellence, conjugant cours fondamentaux et apprentissage professionnel, qui attireront les élèves. Finissons-en avec cette punition de la « réorientation » professionnelle. Car, vous qui prônez la démondialisation avec justesse, vous verriez tous ces jeunes apprendre un métier non délocalisable, participant à la richesse de notre pays.

  7. A « Fabien Moreau » :

    le recrutement par le chef d’établissement n’est ni plus simple, ni plus efficace, ni plus sain. C’est en réalité tout l’inverse : les proviseurs deviennent des managers (de gré ou de force), qui ont d’énormes moyens de pression, de chantage, voire de menaces. Je connais bon nombre de jeunes professeurs, recrutés dans les dispositifs CLAIR (ou ECLAIR) : sans l’entraide et la solidarité entre collègues, ils craqueraient. La hiérarchie est souvent menaçante.
    Plus sain : non, c’est piston, menaces, chantage et Cie, servilité et prosternation (sinon, hop, dehors).
    Plus efficace et plus simple : non!!! Quid de ceux qui ne sont recrutés nulle part, quid de ceux qui ne peuvent être recrutés dans un périmètre acceptable autour de chez eux?

    Votre solution conduirait au système italien : des profs au chômage, qui parcourent les routes en cherchant vainement qu’un proviseur leur accorde un entretien pour qu’ils puissent efficacement se « vendre », en acquiesçant et opinant du chef. Je vous renvoie aussi à mon précédent message et au lien Web qu’il faisait figurer, qui montre la dérive de ce genre de recrutement.

    Le système des mutations est perfectible, certes, mais au moins il est national, possède des critères objectifs et relativement stables (même si l’on s’arrache parfois les cheveux). L’opacité d’un recrutement par le proviseur serait énorme, et cela remettrait en cause le statut de fonctionnaire pour les profs, à terme.

  8. Le recrutement des profs par les chefs d’établissement est un pur projet libéral qui considère que l’école, le collège et le lycée sont « une entreprise ».
    Il faut stopper cette fuite en avant vers le modèle qui est prôné par ceux qui veulent instauré à terme « un chèque éducation » afin que les familles « choisissent » leur école en mettant les écoles privées au même niveau que les écoles publiques, pour en venir à un système ou il n’y aurait quasiment plus d’école publique.
    Le recrutement à la tête du client, non merci !!
    Ce serait une folie si ce n’est pour mettre au pas des profs. Vous aurez intérêt à jouer au « lèche-cul » pour avoir tel poste à tel endroit effectivement !
    C’est un projet (en partie en route, effectivement, avec ce gouvernement) qui est purement inadmissible pour un système éducatif équitable, pluraliste et démocratique.
    Changer le statut des profs agrégés, cela est une vraie nécessité. Il est en effet un pur scandale que des profs qui sont(nettement) mieux payés que les autres aient à assurer moins d’heures que les autres sans aucune autre obligation réglementaire ! Dans quel autre métier de la fonction publique a-t-on moins d’heures de travail tout en gagnant plus ??!
    En outre un certain nombre d’enseignants ne possède pas de possibilité de passer agrégé afin de progresser dans leur métier au niveau financier (prof d’école, prof de Technologie, C.P.E., etc…).
    Les profs agrégés de collège et de lycée n’ont absolument aucune obligation de travail de recherche à réaliser et, en plus, pas mal d’entre eux font des heures sup (qui sont aussi bien mieux payés pour eux, tarif agrégé) grâce au temps disponible qu’il leur ait octroyé fort généreusement… Il y a là une exigence d’équité à mettre en place enfin ! Il faudra passer outre de « la société des agrégés » !

  9. Le constat est limpide dans toutes les études( PISA,OCDE…),nous sommes mauvais dans les résultats(trop de jeunes arrivent sans savoir lire et écrire en fin de CM2),et pourtant,nous avons le plus grand nombres d’heures de cours et pas forcément pas assez d’enseignants,et encore moins de moyens( le plus gros budget de l’état il y a peu).Alors,où et comment est utilisé cet argent?Tous les enseignants sont-ils à enseigner,ou occupés à d’autres taches?J’ai participé au forum organisé par le ministère de l’EN,sur « les rythmes scolaires ».Passionnant,édifiant,révélateur,aussi bien chez les profs que chez les parents.De nombreuses propositions ont été faites,et des pistes se sont dégagées:auditer le système ENationale en toute objectivité(les moyens doivent aller avec des objectifs,tous les profs aptes à enseigner enseignent-ils),revoir les programmes en primaire,ou la priorité est LIRE-ECRIRE-COMPTER( ce n’est pas le rôle de l’école de faire du secourisme,de la prévention routière et autre histoire de l’art à des mômes qui ne savent pas lire!!) et pas de passage en 6e si cet objectif n’est pas rempli,rétablir l’AUTORITE à l’école avec des sanctions car les profs perdent un temps considérable à rétablir l’ordre,avoir 2 adultes dans les classes difficiles ou supérieures à 25,l’un enseignant,l’autre pouvant intervenir pour expliquer ou résoudre un problème autre,favoriser les circuits courts (apprentissage ou autre enseignement) pour les enfants que l’école « n’accrochera « jamais ,mais qui peuvent avoir d’autres dons,abandonner ce collège unique,qui est un désastre.Et bien d’autres propositions.J’avais pour ma part,fortement insisté pour que soit établi un VRAI STATUT de l’enseignant( salaire à la hauteur des responsabilités et en leur payant leurs 12 mois,ce qui n’est pas le cas actuellement,35 h de présence comme tous les travailleurs,ce qui leur permettrait d’accompagner les enfants en difficulté profs agrégés ou non,revoir la formation des profs(en insistant sur la PEDAGOGIE,la gestion des groupes et de l’agressivité),abandonner un certain corporatisme qui sclérose un peu ce milieu,qui n’a plus le monopole de la transmition du savoir et qui l’accepte assez mal,mutualiser les moyens et les compétences( dans nombre de communes,des écoles maternelles et primaires sont distantes d’à peine quelques centaines de mètres,avec des décharges de direction dans chacune ).Plutôt que des primes de rentrée,donner des founitures ou du matériel,certains utilisant la prime pour tout autre chose que l’école,ne pas hésiter à sanctionner les profs incompétents( ça existe,comme les mauvais garagistes,les flics sadiques ou les infirmières dangeureuses…mais chez les profs,ça passe mal quand on le dit!)etc…Bref,UN PROJET AMBITIEUX pour l’école.L’avenir de nos gosses en dépend et ça URGE!

  10. Je complète mon propos:à la lumière de la recente « affaire Ferry »,il est clair que tous les profs payés n’enseignent pas!!Dans le cas présent,ce monsieur,payé grassement pour ne pas enseigner ,émarge au poste de « président du Conseil d’Analyse de la Société ». J’ignore ce qu’est ce conseil (probablement un de ces n ièmes conseil,comité ou haute hautorité qui ne servent pas à grand chose et coûte beaucoup d’argent!!),mais on peut être inquiet:un personnage qui,soit connaît des faits de pédophilie,et ne les dénonce pas,soit colporte des ragots,sur les plateaux TV,pour faire le malin,ne devrait pas enseigner et encore moins la philo!
    Quand j’ai commencé à travailler dans la fonction publique (en 1966),on devait fournir un « certificat de bonnes vie et moeurs »,rester discret,etc…Sans en revenir à cette époque contrainte,mais qui n’avait pas que de mauvais côtés,les fonctionnaires,ou ceux qui sont en charge d’éduquer gagneraient à se faire plus discrets:ça nous épargnerait leurs ragots de poubelles.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading