Home » Action comme Ministre » Arnaud Montebourg : « Les Français sont tous des ingénieurs » – Métronews

Arnaud Montebourg : « Les Français sont tous des ingénieurs » – Métronews

Propos recueillis par Christophe Joly et Thomas Vampouille

Les entreprises étrangères ont recommencé à s’implanter en France mais les emplois ne suivent pas. Comment expliquez-vous ce décalage ?
Elles ont créé 30.000 emplois l’année passée. Dans le combat que nous menons contre le chômage, c’est un apport important. Nous savons par ailleurs que les entreprises étrangères qui investissent en France, s’implantent durablement et créent donc des emplois sur le long terme.

Quels sont les atouts de la France pour les séduire ?
Nous avons l’une des meilleures productivités au monde, devant l’Allemagne et le Royaume-Uni. Nous avons surtout un dispositif qui nous fait gagner tous les matches : l’innovation. Nous faisons des efforts considérables dans ce domaine, avec 6,5 milliards de Crédit impôt recherche par an. Et en additionnant secteurs privé et public, nous sommes troisièmes mondiaux au classement de l’innovation Thomson Reuters. On a l’image d’un pays ultra-créatif. D’ailleurs, je dis souvent qu’à notre devise « liberté, égalité, fraternité », nous devrions ajouter « créativité ».

Malgré tout, nous attirons moins d’entreprises que l’Allemagne et le Royaume-Uni…
La baisse des investissements en France a commencé en 2010, sous Nicolas Sarkozy. En 2013, nous avons enrayé ce recul et nous enregistrons des victoires en matière d’implantations d’entreprises et d’investissements étrangers. Nous sommes l’un des pays les plus ouverts d’Europe, contrairement aux préjugés et au dénigrement systématique que véhicule la presse britannique.

Justement, on se souvient que David Cameron avait déroulé en 2012 « le tapis rouge » aux entrepreneurs français si François Hollande était élu. Que leur dites-vous aujourd’hui ?
Je dis que quand ils auront voté pour la sortie de l’UE, la France déroulera le tapis rouge aux investisseurs britanniques qui vont fuir leur pays. Ils viendront tous en France, car on a besoin de l’Europe quand on est une entreprise.

Vers quels pays êtes-vous tourné pour solliciter des investisseurs ?
La bataille de l’attractivité se joue avec les pays émergents. Donc avec le Brésil, l’Amérique du Sud de manière générale, les pays de la péninsule arabique, les Indiens, les Algériens. Nous avons réussi une belle alliance avec le chinois Dongfeng, pour PSA. Nous sommes en train de modifier le champ géographique de l’attractivité.

Comprenez-vous que certains de ces investisseurs puissent faire peur en France ?
Dans certains cas, rares, il y a eu des dépeçages, des délocalisations, des captations technologiques. Ces comportements de prédation ont alimenté la crainte. Désormais, les secteurs stratégiques de notre économie peuvent être protégés, grâce au décret de patriotisme économique, que j’ai signé avec Manuel Valls. Ce décret, qui n’est pas contesté à Bruxelles, est applicable dès maintenant, et sera utilisé en ce sens.

Les réflexes patriotiques, comme celui qui a motivé le décret dans le dossier Alstom, ne sont-ils pas de nature à les effrayer ?
Quelle est la première destination au monde pour les investissements étrangers ? Les Etats-Unis. Or c’est l’endroit où le contrôle des investissements étrangers est le plus fort. Et quelle est la deuxième destination ? La Chine. Là, l’investissement est claquemuré dans des joint-venture obligatoires si vous voulez investir. Donc cela ne détermine pas les investisseurs étrangers, qui veulent juste des règles claires. Et ils n’ont rien contre le fait que l’Etat, dans un certain nombre de secteurs, demande à coopérer avec leurs intérêts.

Vous avez vous-même reconnu que la négociation sur le traité transatlantique était opaque. Sommes-nous condamnés à le subir ?
Non, c’est indispensable que les gouvernements fassent entendre leur voix. La France a communiqué un certain nombre de lignes rouges à Bruxelles, nous verrons si elles sont franchies. Et si elles le sont, le gouvernement s’opposera à toute forme de ratification d’un traité qui ne serait pas conforme à nos intérêts.

Ségolène Royal affiche une position de plus en plus proche de la vôtre, sur des dossiers comme le gaz de schiste. Sa vision de l’écologie est-elle un atout pour l’économie ?
J’apprécie les premières semaines de travail que j’ai passées avec Ségolène Royal pour mettre en oeuvre les 10 plans industriels copilotés par nos deux ministères. Elle sait prendre des décisions, je la trouve très pragmatique, concrète et modérée. J’ai besoin qu’on partage la vision et elle est capable de marier l’écologie et l’économie. Comme moi, elle refuse l’écologie punitive : l’écologie est une construction commune, ce n’est pas une sanction.

Quel slogan donneriez-vous aux investisseurs étrangers pour les attirer en France ?
En France, ils auront une base créative, productive qu’ils trouveront très difficilement ailleurs. Parce que les Français sont tous des ingénieurs. Les ouvriers, les commerciaux, les politiques sont des ingénieurs. Et dans ingénieur, il y a génie.

Dimanche, les électeurs ont lourdement sanctionné la majorité, alors que le FN est le premier parti de France. Comment doit réagir le gouvernement ?
Nous souhaitons baisser durablement le chômage, redonner du pouvoir d’achat à nos concitoyens et améliorer la compétitivité de nos entreprises. Nous avons besoin pour cela de retrouver des marges de manœuvre au niveau européen tout en réduisant nos déficits. Je rappelle que nos marges de manœuvres sont réduites par la dette abyssale laissée par nos prédécesseurs. Les efforts demandés aux Français pour rétablir nos comptes publics sont perçus comme des sacrifices inacceptables. La question de la réorientation de notre politique économique est posée. Le vote de dimanche nous engage à la méditation collective.

Retrouvez sur Metronews le baromètre Ernest & Young sur l’attractivité de la France

 

 

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

9 Réactions

  1. Monsieur le Ministre, votre staff pourrait il me contacter?
    Mots clé:inventeur concours Lépine 3ieme prix ,brevets, économie médicaments é-sante, aproché par entreprises étrangères emploi nouvelles techno

  2. Pierre-marie Frémeau

    Monsieur le ministre
    Je me permets de porter à votre connaissance qu’il existe bien en france et a paris un fabriquant et diffuseur de smartphone de conception totalement française

    le mon de cet appareil vendu pour le somme de 129 euros pour le moins cher et 179 euros pour le plus honereux.
    voir le site longstart.fr
    vous pourrez consulter tous les produits egalement la page facebook du meme nom
    Une entreprise totalement francaise comme vous les aimez
    Recevez monsieur le ministre l’expression de toute ma gratitude.
    Pierre-Marie Fremeau

  3. LE COQ MADE IN FRANCE A LA COTE
    Depuis quelques années, les ventes augmentent exponentiellement. En 2012, les magasins Truffaut (jardineries et animaleries) ont vendu :

    30 000 poules et poussins (+ 57% par rapport à 2011) ;
    2 000 poulaillers (+ 82%).

  4. Monsieur Montebourg,
    Je suis un ancien salarié de LFoundry à Rousset. Comme vous le savez les actifs de cette entreprise de microéléctronique qui employait plus de 600 personnes et qui est en liquidation judiciaire vont être cédés à une entreprise Brésilienne avec pour but afficher de transférer les équipements et la technologie. Resteront en France aucun emploi, une friche industrielle et un site à dépolluer sans doute aux frais du contribuable.
    Comme les nombreux salariés qui se sont investi et qui ont soutenu le projet de General Vision (création d’une activité basée sur des brevets innovants avec une perspective de plus de 200 emplois dans les 2 ans), je suis abasourdi et stupéfait de la décision du tribunal de commerce. Je me sens trahi aussi tant je croyait que les politiques soutiendraient le projet créant des emplois.

    Monsieur Montebourg, vous qui semblez être le symbole du volontarisme en politique, vous devez intervenir et mettre fin à ce massacre industriel. Ce dossier, bien plus simple que celui d’Alstom mais autant symbolique, peut être réglé rapidement, redonner de l’espoir et sauver la filière microélectronique en provence.
    Merci d’agir vite pour casser la décision du juge et permettre au projet General Vision de créer des emploi.

  5. INJUSTICE POUR L ETAT FRANCAIS

    SUR UN TICKET DE CAISSE POUR 50 EUROS 2 REPAS SEULEMENT 5 EUROS VONT A L ETAT FRANCAIS

    SUR UN TICKET DE CAISSE POUR 100 EUROS DE BRICOLAGE SEULEMENT 20 EUROS VONT A L ETAT FRANCAIS

    ETC….

    CORRIGEONS LES INJUSTICES L ETAT FRANCAIS DEVRAIT RECOLTER SUR 50 EUROS 2 REPAS 20 EUROS ET SUR 100 EUROS DE BRICOLAGE 40 EUROS AU MOINS

    L ARGENT RECOLTE SERVIRAIT UNIQUEMENT REMBOURSEMENT DE LA DETTE ET AUX PLUS DEMUNIS DE NOTRE SOCIETE FRANCAISE

  6. L IMPOT A 1 EURO
    68 MILLIONS DE FRANCAIS

    SA SERAIT BIEN QUE L ETAT METTE EN PLACE 1 EURO POUR TOUS A 1 EURO ;o)
    Y A TOUJOURS 1 EURO QUI TRAINE DANS LE PORTE MONNAIE

    SOIT 68 MILLIONS D EUROS RECOLTES POUR LA BONNE CAUSE DE L ETAT FRANCAIS PAR AN

  7. MR MONTEBOURG

    DANS NOTRE PETIT CLAMECY NOUS AVONS DEJA L USINE DIM QUI EST VRAIMENT TOUTE PETITE SA SERAIT BIEN DE LA FAIRE AGRANDIR POUR L EMPLOI DANS UN PREMIER TEMPS SUR UNE NOUVELLE ZONE INDUSTRIELLE QUI SERAIT SITUE LE LONG DE LA FUTURE AUTOROUTE EN QUESTION

    UNE GRANDE ZONE INDUSTRIELLE SPECIALISEE DANS LE SLIP BOXER LINGERIE VETEMENTS DE NUITS AVEC DES ENTREPRISES COMME

    DIESEL
    Diesel S.p.A., plus connue sous le nom de Diesel, est une entreprise italienne de fabrication de vêtements pour hommes et pour femmes. Elle possède également une ligne d’habits pour enfants et une ligne de vêtements de sport. Le siège social de l’entreprise se situe à Molvena, dans la province de Vicence, en Vénétie, dans le nord-est de l’Italie

    CALVIN KLEIN UNDERWEAR

    LE SLIP FRANCAIS

    CHANTAL THOMASS

    FRACASSE
    http://www.magasinfracasse.fr/s/img/emotionheader.jpg?1351025104.898px.221px

    ETC….

  8. Un OS Français oui, mais pour cela ne fichez pas dehors les têtes en les assommants de taxes, impôts et autres goodies.
    En ce qui concerne les sociétés pourquoi ne pas essayer de diminuer le montant confiscatoire de + de 50% sur les salaires.
    Je m’explique: Pour un net de €1000 touché par le salarié l’employeur débourse +- €2300. Si 20% (ou+) de ces 1300 revenaient aux employeurs (5%) par exenple et 15 aux salariés ne croyez vous pas que l’économie repartirait. Les syndicats gérant ces sommes s’y opposent ‘ils?
    Cordialement

  9. Pour ce qui est des ingénieurs, il est très important d’avoir un outil industriel en aval de l »innovation. Cet outil industriel est maintenant presqu’exclusivement robotique. Or la France a un fort retard dans ce domaine, que M.Montebourg a justement dénoncé. Est-ce que M.Montebourg pourrait intervenir d’urgence pour qu’une contre-offre soit faite face au géant de l’électroménager chinois MIDEA GROUP pour le rachat de KUKA grand fabricant de robots européen ? si on avait cette solidarité au niveau européen, ce serait un grand progrès pour notre indépendance technologique.
    cf. http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N1964ID

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading