Home » Action comme Ministre » Dans les médias » Arnaud Montebourg: « Le décret sur les entreprises, c’est la fin du laisser-faire » – Le Monde

Arnaud Montebourg: « Le décret sur les entreprises, c’est la fin du laisser-faire » – Le Monde

Propos recueillis par David Revault d’Allones et Cedric Pietralunga 

Pourquoi adopter un tel décret aujourd’hui ?

 Arnaud Montebourg : Le choix que nous avons fait, avec le premier ministre, est un choix de patriotisme économique. Ces mesures de protection des intérêts stratégiques de la France sont une reconquête de notre puissance. C’est la fin du laisser-faire.

Avant, les dispositifs de contrôle lors du rachat d’entreprises françaises se limitaient aux industries de défense et de sécurité. A présent, nous avons les moyens de fixer les conditions d’une prise de contrôle d’une entreprise dans le domaine de l’eau, de la santé, de l’énergie, des transports et des télécommunications, dès lors que les intérêts fondamentaux du pays sont en cause.

Nous pouvons désormais bloquer des cessions, exiger des contreparties. C’est un réarmement fondamental de la puissance publique. La France ne peut pas se contenter de discours quand les autres Etats agissent. Ce décret est une arme juste et proportionnée pour faire valoir les intérêts de la France.

Quels sont les dossiers dans lesquels vous comptez utiliser ce décret ? Celui de la vente d’Alstom à Général Electric  ?

Evidemment, Alstom entre dans le champ de ce décret comme d’autres entreprises stratégiques. Le pouvoir d’autorisation qu’il nous confère nous protège contre des formes indésirables de dépeçage et des risques de disparition. Et si nous encourageons les alliances industrielles, nous dissuaderons les démantèlements.

S’agissant d’Alstom, il faut rappeler que c’est un maillon essentiel de notre indépendance énergétique. Que ce soit pour nos centrales nucléaires ou les nouvelles technologies de la transition énergétique. Avec ce décret, nous rééquilibrons le rapport de force entre les intérêts des entreprises multinationales et les intérêts des Etats, qui ne sont pas toujours alignés. Les conditions d’une négociation juste et équilibrée sont maintenant réunies.

Vous présentez ce décret comme une arme de dissuasion. Mais êtes-vous prêt à appuyer sur le bouton ?

Il est difficile de demander à un gouvernement qui dispose de pouvoirs de ne pas en faire usage. Je note d’ailleurs qu’en 2012, le gouvernement américain a notifié 114 contrôles sur des investissements étrangers, qui ont conduit à dix retraits ou blocages. Il est arrivé que des entreprises françaises, comme Alcatel ou Safran, y soient assujetties. Dans la guerre économique mondiale, on ne peut priver la France d’une arme dont disposent tous ses partenaires et concurrents.

N’y a-t-il pas une contradiction entre une politique « sociale-libérale » de soutien aux entreprises et cette mesure ?

Se protéger dans la mondialisation n’exclut pas de faire des efforts sur soi-même. Rétablir notre propre compétitivité, surveiller nos coûts de production pour qu’ils ne dérapent pas, est aussi nécessaire que de disposer de moyens de négociation quand il y a risque de démantèlement de nos entreprises stratégiques.

La suite sur Le Monde

 

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

5 Réactions

  1. bonjour,

    et que pensez-vous des banques françaises qui externalisent leurs fonctions support en Inde sans que personne n’en parle ? après la société générale, BNP, maintenant Crédit Agricole qui va rayer 1000 emplois de prestations SSII en France pour enrichir les sociétés indiennes et américaines. tout ça se passe sans qu’on en parle, sans plan social mais l’impact est réel et ce sont nos PME françaises qui vont s’écrouler. c’est en marche, la rentrée de septembre sera violente et cruelle. Demandez à l’ACPR notre régulateur chéri qui est au courant. Et vous, l’êtes-vous ? Dans ce cas, est-ce que quelques millions d’euros d’économies pour une banque qui a enregistré des milliards de bénéficies justifient-ils 1000 emplois envoyés à l’étranger ?

  2. Bonjour,

    La solution « france » pour ALSTOM ne serait elle pas le rachat par AREVA et SCHNEIDER en fonciton de leur coeur de métier ?

    Cordialement

  3. Monsieur le Ministre voici une décision judicieuse d’autant que maint pays en fait autant, à commencer par les américains .Mais à quand le traitement du chômage ?Mme Le Pen n’aurait peut être pas triomphé aux européennes si tant de nos enfants n ‘étaient pas si angoissés .Que répondez – vous à un jeune homme qui a passé son MBA en quelques mois alors qu’il avait perdu son emploi tout cela sans résultats et qui las de s’entendre dire qu’il n’a pas assez d’expérience ,en désespoir de cause s’est présenté au CAPES de maths sans avoir fait les études correspondantes , réussissant malgré tout à être admissible et peut être admis dans deux mois ? La perte de nos intelligences , le gâchis que cela représente me révolte .Je ne voterai pas FN pour autant mais je ressens quand même une grande colère ..J avais voté pour vous aux primaires du PS ,faut -il que je le regrette ?
    Mme Parizot professeur agrégé

  4. Pour Alstom ,manifestement, l’entreprise est trop petite pour rester telle quelle. Son PDG, dit mettre en vente la branche énergie pour mettre le personnel à l’abri( audition au parlement). Une fois de plus, une entreprise en bonne santé, vend une partie de ses activités,et peut-être ses brevets et surtout son savoir-faire. L’Europe est-elle incapable de constituer un grand groupe de l’Energie (Areva-Schneider-Alstom-Siemens.et d’autres..),afin d’assurer son l’indépendance énergétique ? Pendant que les chefs d’Etats protègent leur entre-soi, leur pré carré, au Conseil Européen ,en multipliant les rencontres aussi dispendieuses que stériles, les plus belles industries périclitent, non sans avoir auparavant largement engraissé les actionnaires .
    Les grands partis et les politiques en général ne cessent de nous seriner que l’Europe est cause de tous nos maux; ce qui est un mensonge éhonté .Quand depuis 2 mois, et qui , a pris la peine d’expliquer aux Français l’importance du Parlement européen et ses nouvelles prérogatives ? Le silence des politiques et des médias a été assourdissant ! Je me demande même, si « le grand bazar » avec l’abstention et la montée des extrêmes n’en arrangent pas certains : c’est la certitude que rien ne changera dans le sens de plus de démocratie .
    L’Europe ne fonctionne certes que par compromis, mais elle sera ce que nous voudrons en faire . Trop tard pour cette fois. Mais au prochain scrutin européen, c’est un défi à relever pour des hommes comme vous, Mr Montebourg .Donner envie aux citoyens de s’intéresser à l’Europe .Quelqu’un qui dit que l’Europe nous maintient en paix depuis 70 ans .C’est déjà énorme , non ?

  5. Monsieur le ministre bonjour! je viens de lire que vous allez restituer 6 milliards d’euros aux français j’ignore comment vous allez vous y prendre; mais je puis vous dire que l’investisseur que je suis et qui investit dans des groupes français en bourse (je ne suis pas un spéculateur) en a vraiment ras le bol de se faire scalper avec les ventes à découvert des fonds étranger il faudrait les obliger à racheter leurs positions toutes les fins de mois ;,affin de mettre les compteurs à zéro;où purement interdirent ces opérations de pillage

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading