Home » 15 ans d'action politique » Communiqués & Presse » A. Montebourg votera aujourd’hui la motion de censure déposée par le groupe socialiste : « Il faut un électrochoc » – Le Parisien, 27/01/09

A. Montebourg votera aujourd’hui la motion de censure déposée par le groupe socialiste : « Il faut un électrochoc » – Le Parisien, 27/01/09

Le Parisien, mardi, 27 janvier 2009, p. 4 - Propos recueillis par Eric Hacquemand
PRESIDENT du conseil général de Saône-et-Loire et député, Arnaud Montebourg, allié de Martine Aubry à la direction du PS, votera aujourd’hui la motion de censure déposée par le groupe socialiste.

Déposer une motion de censure qui n’a aucune chance d’être adoptée a-t-il un sens ?
Arnaud Montebourg. Oui. La situation économique, sociale et politique justifie la censure et le renvoi du gouvernement. Le plan de relance n’en est pas un, alors que le pays subit un véritable infarctus économique. Face au risque d’arrêt cardiaque, la France a besoin d’un vrai électrochoc ! Le contrat passé en 2007 entre le candidat Nicolas Sarkozy et les Français sur le pouvoir d’achat a été piétiné.

Alors à quoi ça sert ?
Notre motion de censure sera constructive : nous présenterons nos contre-propositions. Le gouvernement s’est trompé. Il peut changer de route s’il veut bien écouter l’opposition…

Vous dénoncez le plan de relance et, dans le même temps, les atteintes aux libertés publiques… N’est-ce pas un peu fourre-tout ?
Les deux critiques sont liées. C’est parce que ce gouvernement n’est pas à la hauteur qu’il est tenté d’utiliser des méthodes consistant à supprimer tous les contre-pouvoirs. La volonté de réduire le temps de parole de l’opposition parlementaire ou la mainmise sur l’audiovisuel public illustrent bien cette dérive autoritaire.

Pour le secrétaire d’Etat Roger Karoutchi, la motion de censure est « l’ultime cartouche du PS »…
La censure est un droit constitutionnel et, vu l’état du pays, un devoir moral.

Le PS de Martine Aubry est soupçonné de miser sur la grogne sociale et la journée de mobilisation du 29 janvier pour se refaire une santé…
C’est faux. Nous reconstruisons patiemment un parti d’alternance ancré dans le réel. Dans le même temps, le PS est au combat, sans courir après le mouvement social. J’ai même envie de dire que, quelque part, nous le précédons en proposant, par exemple, une autre politique de relance ou en opposant au Parlement une résistance acharnée aux projets du gouvernement. Nous nous sommes mieux organisés au sein du parti. Et notre voix commence à percer le mur du son…

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading